The Cole Porter Project

RETOUR

10887240_721011701328032_5767323927705157296_o

Le Cole Porter Project est né d’un heureux hasard, celui de la rencontre de deux artistes, qui en raison de nombreuses affinités musicales communes, ont décidé de travailler ensemble. Mathilde et Vladimir Médail se rencontrent à Paris en septembre 2012, à la Cave du 38 riv’, au cours d’une jam session, une de ces soirées qui voient les musiciens de jazz de toute une ville se retrouver pour jouer ensemble et partager leur sensibilité. Ils se découvrent de multiples points communs dans leur goûts musicaux, notamment la grande tradition des chanteurs de jazz: Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Sarah Vaughan, Frank Sinatra, Nat King Cole… Cette passion partagée va évidemment de pair avec une profonde connaissance du répertoire de la chanson populaire américaine : George Gershwin, Irving Berlin, Jerome Kern, Richard Rodgers… Fort de ce constat, ils décident de s’associer et commencent à travailler ensemble. Mais ils sont en quête d’un répertoire, d’une cohérence, d’une ligne directrice. Se rendant compte que Mathilde connaît la quasi totalité des chansons d’un certain compositeur de Broadway, Vladimir Médail lui suggère de consacrer entièrement leur collaboration au répertoire de cet artiste : le grand compositeur Cole Porter.

Parmi tous les compositeurs que Broadway a connu, Cole Porter est peut-être l’un des plus atypiques, un des rares à être aussi l’auteur des paroles de ses chansons. Ses textes dévoilent une recherche stylistique, pleine d’humour, de jeux de mots parfois à la limite de d’absurde, ainsi qu’une connexion à la société de son époque par des références très précises, qui les rendent plus riches que ceux de la plupart des autres paroliers de son temps. Sa musique est tantôt triste, tantôt langoureuse, parfois joyeuse, parfois sarcastique, nous offrant quelques unes des plus belles mélodies que le répertoire de Broadway et des standards de jazz possède. Si ces chansons aux belles harmonies, parlent toutes d’amour, c’est qu’il exite tellement d’amours aux yeux de Cole Porter. L’amour désespéré (Get out of town), l’amour joyeux (It’s de-lovely), l’amour suggéré (Let’s do it), l’amour léger (It’s all right with me), l’amour d’un lieu (I love Paris), et même l’amour de la liberté (Don’t fence me in).

C’est donc tout naturellement que Le Cole Porter Project s’attache tout d’abord à respecter l’esprit et le sens original de ces chansons, d’abord pour les faire siennes, puis les restituer sous un nouveau jour. Cette vision, très marquée par la personnalité de ses deux interprètes, est fortement ancrée dans le jazz et l’improvisation. Mathilde et Vladimir Médail s’accordent à merveille dans leur recherche d’équilibre, d’espace, de communication, d’interaction, de complicité. Ici la voix et la guitare ont chacune une part égale dans la musique. Les deux communiquent, se soutiennent, dialoguent, s’interrompent parfois, toujours avec cette volonté de donner le plus de vie possible au répertoire auquel ils rendent hommage. La voix de Mathilde passe par toutes les nuances de l’émotion humaine, et par une multitude de colorations et de timbre. La guitare de Vladimir Médail la soutient et lui répond grâce à une grande liberté, et une virtuose polyvalence. Attention, écoute et fusion musicale sont la marque d’excellence que ces deux musiciens se sont fixé pour restituer au jazz vocal ses lettres de noblesses, et ainsi rendre un hommage, humble et vibrant, à la musique du grand Cole Porter.